Bandeau
Moto LIBERTÉ
Slogan du site
Descriptif du site
logo article ou rubrique
2019 - Catalunya Cup à Barcelone
Article mis en ligne le 24 février 2019
dernière modification le 17 mars 2019

par Pierre WILLOT

Préparatif

Cet hiver a été consacré à la préparation, entre autres, de la moto. Pour la préparation du bonhomme, c’est différent car il a eu quelques soucis de santé (dos bloqué) qui ont ralenti sa préparation physique. :-)

Pour la moto, les quelques modifications s’imposaient :

  • Une bonne paire de pneus.
  • Des durites aviation car celles qui étaient d’origine ne travaillaient plus correctement après 15 ou 20 minutes d’entraînement.
  • Une bonne vidange de la fourche avant avec une huile moins fluide.
  • Un crash-bar fait sur mesure (je pense qu’il faudra encore l’améliorer).

Quelques petites séances de GP8 pour user un peu le pneu puis l’entraînement du dimanche 24 (première partie de la vidéo) et le stage du lundi 25 comme entraînement.

Ensuite, il faut tout préparer : bagages, remorque, véhicule, moto, matériel, équipement, … . Comme c’est ma première Catalunya Cup, je n’ai pas encore l’habitude de ce genre de compétition, mais j’ai hâte d’y être, un peu stressé mais hâte d’y être. Les amis français me boostent et n’arrêtent de me dire que c’est génial et ce genre d’événement est le paradis sur terre. :-)

Donc ce mardi matin, derniers préparatifs et dans l’après-midi je pars pour Arlon.

Voyage aller

Arlon, le mercredi 27 février à 8 h du matin départ vers Chambéry pour loger chez des amis. Cet ami m’a donné un itinéraire très sympathique mais assez galère en voiture et la remorque. :-) Il faudrait que je retourne chez eux à moto.

L’autoroute d’Arlon à Nancy (gratuit), puis les routes sans péages en passant par Épinal, Remiremont, Lure, Baume les Dames, Valdahon, Pontarlier, Vallorbe, Vallée du Joux, Mijoux, Gex, St Julien, Frangy, Aix-les-Bains, Chambéry.

Le jeudi 28 février, repos chez mes amis. :-) . Ils ont pris du temps pour me faire visiter leur ville qui est assez jolie, je dois dire.

Le vendredi 28 février à 7h du matin départ pour l’Espagne sans prendre les péages. Voreppe, Valence, Montélimar, Nîmes, Montpellier, Narbonne, Perpignan, Girona, Vallromanes ou se trouvait le camping. Le camping est normalement fermé à cette saison mais pour la troisième année, ils ouvrent pour nous héberger. Principalement nous sommes logés dans des chalets. Gros soucis, il n’y a pas de réseau :-) donc pas de possibilités de mettre à jour le site comme je pensais.

Nous sommes allés chercher des pizzas pour le repas du soir, puis au lit car les journées suivantes seront fatigantes.

Samedi 1er

Levé vers 7h, petit déjeuné et départ vers le centre de formation Montesa-Honda. Ce centre propose des initiations, des formations et même des courses.

Les organisateurs sont déjà sur le pied de guerre pour préparer le terrain sur lequel nous allons évoluer aujourd’hui.

Puis nous avons eu un briefing par Martijn avec tous les pilotes réunis. Il y a 12 nations représentées.

  • Pays-bas : 14
  • France : 7
  • Allemagne : 5
  • République Tchèque : 4
  • Espagne : 3
  • Ukraine : 2
  • Pologne : 2
  • Malte : 1
  • Liban : 1
  • Martinique : 1
  • Belgique : 1

Nous allons travailler sur le parcours par séance en fonction des catégories qui ont été déterminées suite au formulaire d’inscription à la compétition.

Après les informations de service et de sécurité, nous avons reçu le parcours du jour.

Ensuite une trompe retentit et un drapeau de la couleur de la catégorie est présenté au départ du parcours. Les autres catégories se préparent en travaillant leur GP8 qui servira de référence pour l’ordre de départ de la compétition de dimanche. Bien évidemment, certains se dévouent pour se répartir le long du parcours pour ramasser et remettre les cônes qui ont été renversés.

Voici le pilote qui a le meilleur temps des qualifications GP8 : Kristian EEKHOF.

Le résultat est donc

Vers 17h15 je me suis éclipsé pour aller à l’office religieux anticipé du dimanche dans une maison de retraite de personnes âgées.

Le soir nous sommes allés au restaurant (c’est prévu dans le prix)

Dimanche 2

Suite aux qualifications GP8, nous avons tous reçu un numéro (j’ai le 29) qui nous servira d’ordre de départ pour la compétition. Tous les pilotes devront faire un premier passage et ensuite on recommence pour un deuxième passage. Les départs se font dans l’ordre inverse des numéros, nous commençons donc par le 40.

Après le briefing traditionnel, nous recevons le parcours de la compétition et nous avons 45 minutes pour l’étudier mais à pieds, pas question de le faire en moto.

Puis c’est parti. Dans le parcours warm-up 5 motos maximum. Quand une moto est sur le départ, le suivant s’échauffe dans le GP8. Au coup de sifflet, le pilote qui est dans le GP8, se présente au départ et le suivant se met dans le GP8. Un autre pilote peut se mettre dans le parcours du warm-up.

Bref, tout va très vite.

Ha  ! C’est mon tour. Départ et je m’emmêle les pinceaux dans mon parcours. Pas de pénalité mais un très mauvais temps. Je reprends mon schéma et je ré-étudie le parcours.

Le deuxième passage est mieux, à mon aise et en ne faisant qu’une seule faute.

Finalement, je suis 31ème sur 40 pilotes avec un temps de 1’52" alors que le premier à un temps de 1’23". Il y a encore énormément de travail :-)

Le soir nous sommes allés au restaurant.

Lundi 3

Ce matin, il y a un peu le relâchement. Les responsables sont même arrivés avec un peu (15 minutes) de retard.

Re-briefing avec un nouveau parcours pour l’entraînement. D’abord un moment avec toutes les catégories puis les séances par catégories.

L’après midi les échanges de motos commencent, ce qui permet d’essayer d’autres motos. C’est très sympa, même si je n’étais pas trop à l’aise car ce n’est pas ma moto et donc peur de casser quelque chose. :-)

Voici une vidéo d’essais de moto mais avec une caméra 360°. Avec un clic gauche vous pouvez voir le suiveur ou déplacer la caméra et voir le pilote. C’est vraiment intéressant d’enseignements.

Les entraînements se font sous forme de poursuite. Un pilote part et les autres le suivent et essayent de tenir. Ça nous oblige à travailler plus vite, plus fort.

Une caméra embarquée sur la moto et pas sur le casque donne ceci. Il y a de quoi être malade :-)

Dans l’après-midi, Luc AUTISSIER m’a suivi et filmé. Voici ce que ça donne.

(pas encore la vidéo)

Vers 14h30, je commence sérieusement à fatiguer et je mets ma moto à disposition des pilotes qui le souhaitent. Guillaume POUILLOT (champion de France) a essayé la moto et m’a dit qu’elle était très agréable à piloter, que les modifications ont été bien faites et efficaces.

Il l’a tellement bien testée que je pense qu’il l’a mise au sol :-D

En fin de journée, crevé mais heureux, j’accroche la remorque à la voiture, je me change et commence à ranger remorque et voiture. Dès que j’ai pu récupérer la moto, je l’ai chargée dans la remorque.

Le soir rebelote au restaurant qui était différent chaque soir.

Voyage retour

Le voyage retour s’est déroulé en deux jours. Je suis repassé par Chambéry pour loger chez mes amis.

Le troisième jour, il a fallu ranger tout le matériel et préparer les motos pour reprendre l’écolage le vendredi car bien évidemment il y avait des cours de prévus.

Impatient d’aller à la prochaine compétition, c’est génial. J’espère seulement que je ne serai plus seul.

Quelques vidéos


Dans la même rubrique

pucePlan du site puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2017-2019 © Moto LIBERTÉ - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.32
Hébergeur : OVH